Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le témoin

Le témoin

Présentation de l'Évangile et de la vie chrétienne.

Une vie transformé

Sylvain Bigras
Sylvain Bigras

Témoignage de conversion de Sylvain Bigras

Je suis né à Hull en 1967 au Québec. À cette époque la société québécoise débutait un véritablement changement. Les historiens parlent de cette époque comme étant la Révolution tranquille. Un des éléments de cette révolution a été la mise au rancart de la religion catholique qui jusque-là avait dicté la vie de chacun.

Dans mon enfance, bien que ma famille n'était pas très religieuse, nous nous affirmions comme catholique non pratiquant. La religion était présente lors des grands événements, naissances, mariages et décès ainsi que pour Noël. Pour le reste du temps, le seul autre endroit où elle demeurait présente était à l’école et à la télévision durant la semaine de Pâques ou chaque année nous regardions les films « Les dix commandements » et « Jésus de Nazareth ».

Il y avait tout de même une place pour la foi dans notre famille. Mon grand-père priait la bonne Ste-Anne et ma mère aimait prier Marie, la mère de Jésus. Je me souviens un jour d’avoir dit à ma mère, sans saisir la portée de mon commentaire que s’il me fallait choisir, je choisirais le meilleur, c’est-à-dire Jésus.

Au début de mon adolescence, je me suis engagé dans un groupe pour aider les pauvres et les démunis dans le monde. Le mouvement se nommait « Jeunesse du Monde » qui était encadré par la pastorale de mon école. Rapidement, je me suis retrouvé président de mon groupe. J’avais profité du fait que lors des élections les postes secondaires furent votés en premier. Je m’étais présenté uniquement comme président, les autres avaient aussi mis leurs noms à d’autres postes. J’ai stratégiquement voté pour eux dans des positions secondaires.

De par cet engagement dans ce groupe, j’ai pris part à des activités religieuses, mais je trouvais cela très ennuyant. Mes amis étaient plus religieux que moi, je les ai accompagnés dans des camps bibliques. J’aimais entendre les récits de la Genèse et de l’Exode ainsi que la vie de Jésus qui était à mon avis un grand modèle.

En trois ans d’engagement avec Jeunesse du Monde j’ai grimpé les échelons pour passer de président de mon groupe jusqu’au provincial ou j’ai participé à quelques conventions. J’étais particulièrement touché par les récits d’hommes comme Gandhi et Martin Luther King. De plus, je voulais particulièrement m’opposer à l’armement nucléaire. Nous étions à cette époque en pleine guerre froide entre les États-Unis et l’URSS qui est devenue aujourd’hui la Russie.

Avec la fin de mon secondaire, j’ai mis de côté mon engagement pour profiter de la vie qui était devant moi. Avec mes amis, j’aimais sortir. C’était l’attrait des filles, des fantasmes de jeune homme et de consommer de la bière. Au collège, je m’étais lancé dans l’improvisation et dans le journal étudiant. Trop engagé dans mes activités, j’ai considérablement négligé mes études pour me retrouver à la mi-session avec l’évidence d’un échec scolaire. J’avais mis mes passions en premier et négligé mes études. J’ai donc tout quitté et me suis retrouvé sur le marché du travail à laver des planchers.

Une des choses qui m’avait touché dans mon cours de sociologie avait été la pensée du communisme, j’aimais la pensée de Karl Marx à ce sujet. Par contre, je ne comprenais pas sa motivation à exclure la religion qu’il identifiait comme étant l’opium du peuple.

Je me suis finalement retrouvé à la gare d’Ottawa à laver les planchers. Après quelques jours, je me suis lié d’amitié avec deux employés de la gare avec qui j'avais de profondes discussions. À mon premier contact, je me rappelle avoir partagé mon avis sur le communisme et mon désaccord concernant l’exclusion de la religion. Je venais d’ouvrir la porte à Arthur qui était chrétien et qui en a profité pour commencer à me parler de ce que la Bible enseigne et particulièrement de la personne de Jésus.

J'éprouvais dans ce qu’Arthur me disait un intérêt grandissant, chaque jour j’attendais l’occasion de pouvoir poursuivre notre discussion. Il parlait de Dieu comme personne ne m’en avait parlé. Ce n’était pas le Dieu que j’avais connu comme catholique. Arthur m’a parlé de mon Sauveur et il m'a fortement encouragé à prendre le temps de lire la Bible. Ce que j’ai entrepris de faire et que je fais encore aujourd’hui après 30 ans déjà.

J’entrepris donc ma lecture du Nouveau Testament et rapidement, l’Esprit Saint me parla en me montrant ma nature pécheresse. Il utilisa les paroles de Jésus lorsqu’il affirma « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? » (Matthieu 7.3). Cette question me montra combien j’étais égoïste, voyant le mal dans les autres tout en n'étant pas mieux qu’eux à plusieurs égards. J’étais menteur, manipulateur, rusé et ne cherchant que mon propre intérêt.

En lisant ma Bible, ma vision de la vie a changé, mon cœur s’est transformé, je ne recherchais plus mon avantage, mais je devenais sensible aux besoins de mon prochain. Je me souviens un soir où en regardant les gens dans la gare d’Ottawa avoir été surpris de voir combien mon cœur avait été transformé. Je regardais les gens et voyant des besoins, je priais dans mon cœur pour eux. Je n’aurais jamais fait cela avant d’apprendre à travers la Bible à connaitre Jésus.

Ce fut alors qu’un ami proche quittait la région pour aller en Alberta, il avait un emploi très payant dans une discothèque sur la Principale à Hull et son employeur était prêt à me prendre à sa place. C’était un emploi de garçon de table. J’ai donc laissé mon emploi à la gare pour cet emploi. Je me retrouvais donc seul avec mon Dieu dans un monde ou l’alcool, la sexualité et l’orgueil prenaient toute la place.

Un soir, chez moi, lisant la Revue locale, mes yeux se sont arrêtés sur une annonce qui disait cour biblique à domicile. Pendant quelques semaines, je revoyais cette même annonce et j’ai finalement pris le téléphone pour m’inscrire. Je fus le seul à répondre à cette annonce. Peu de temps après, deux hommes sont venus me rencontrer, Gaétan et Yoland. Ils ont, tout comme Arthur avait fait, ouvert la Bible avec moi et j’ai été en mesure de mettre des mots sur ce que j’avais vécu.

J’avais connu ce que Jésus nomme « La nouvelle naissance ». J’étais depuis ma naissance né de la chair, mais je venais de naitre de l’Esprit (Jean 3.5-6). Cela n’était pas possible par mes propres forces car j’étais pécheurs et séparé de Dieu, mais en mettant ma foi en Jésus (Éphésiens 2.8-9) cela arriva!

En résumé, ce qu’ils ont démontré dans la Bible est que par mes péchés je ne pouvais avoir accès à la présence de Dieu. C’est pourquoi, par amour pour chacun d’entre nous, Dieu a envoyé son Fils unique, Jésus, prendre notre place à la croix pour payer le prix de nos péchés et en faisant ainsi, en son nom avoir accès à la présence de Dieu. Ceci est la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ accessible pour tous ceux qui mettent leurs fois en Jésus. Le message de la Bible n’est pas une série d’ordonnances, en fait, il nous démontre notre besoin de connaitre notre Dieu créateur. Ceci est la Bonne Nouvelle, c’est pour chaque croyant une ferme assurance et un sujet de joie complète. Tous sont invités à rencontrer Jésus dans leur vie… et toi ?

Sylvain Bigras

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article